LIENS DU SITE
Accueil


FESTIVAL 2007
Programme
Conférences
Soirées
Exposition
Fusées
Impacts
Soleil
Dinosaures
Affiche

SOUVENIRS 2007
Photos
Articles

 

En partenariat avec l'Observatoire de Paris-Meudon

 


CONFÉRENCES ET INVITES, FESTIVAL D'ASTRONOMIE EN CÉVENNES, ÉTÉ 2007

Les conférences seront données tous les vendredis et samedis soirs du 6 juillet au 25 août inclus.
Elles s'adressent à tous les curieux du ciel, amateurs, estivants ou profanes,
qui désirent s'informer des découvertes récentes de l'astronomie et approcher les professionnels qui les étudient.
Il n'y a pas de connaissances préalables requises.
Suite à chaque pr ion, l'orateur mettra à disposition du temps pour répondre à vos questions.

Sur réservation uniquement: Office du tourisme de CAMPRIEU au 04-67-82-64-67.
Selon les conditions météo, ces conférences se dérouleront en salle ou en extérieur:
Prévoir de bien se couvrir (1300m d'altitude) et couverture pour s'asseoir sur la pelouse.

Prix des places:
GRATUIT


DATES


CONFÉRENCIERS


THÈMES DES CONFÉRENCES

vendredi 6 juillet 2007 Sylvie Vauclair De la naissance des éléments à la musique des sphères
samedi 7 juillet 2007 Vincent Coutellier L'extinction des dinosaures
vendredi 13 juillet 2007 Alain Doressoundiram Les confins du Système Solaire
samedi 14 juillet 2007 Vincent Coudé du Foresto Y'a quelqu'un? A la recherche de la vie dans l'Univers
vendredi 20 juillet 2007 Karl-Ludwig Klein Le Soleil et l'Héliosphère, une relation tumultueuse
samedi 21 juillet 2007 Agnès Acker Histoires stellaires : La fin somptueuse des étoiles
vendredi 27 juillet 2007 Thierry Contini Le monde fascinant des galaxies
samedi 28 juillet 2007 Régis Courtin Atmosphères, atmosphères, comme c'est bizarre!
vendredi 3 août 2007 Serge Chauzy De l'électricité dans l'air - Foudre et éclairs
samedi 4 août 2007 David Amill Écologie de la nuit (ANPCN)
vendredi 10 août 2007 François Forget La planète Mars: histoires d'un autre monde
samedi 11 août 2007 Guillaume Cannat Le grand spectacle céleste
vendredi 17 août 2007 Daniel Rouan La traque des planètes extrasolaires
samedi 18 août 2007 Alain Superbie Notre planète "La Terre"
vendredi 24 août 2007 Serge Soula Vol de nuit au-dessus des orages : jets, sprites, elfes...

samedi 25 août 2007

Christian Magnan Où s'arrête notre Univers ?

Intervenants engagés et dates encore non communiquées:

  André Brahic  
     


Sylvie VAUCLAIR

Sylvie Vauclair est Astrophysicienne, Docteur ès Sciences Physiques, Chercheur à l'Observatoire Midi-Pyrénées, Professeur à l'Université Paul Sabatier de Toulouse depuis 1981 et membre senior de l'Institut universitaire de France.
Ses travaux scientifiques portent sur la formation et l'évolution des éléments chimiques qui composent la matière dans l'Univers: Soleil, Étoiles, Univers Primordial. Elle s'intéresse aussi particulièrement depuis quelques années aux étoiles abritant des systèmes planétaires autres que le système solaire.
Professeur à l'Université de Toulouse, elle a été responsable de nombreux enseignements et elle a pris en Septembre 2004 la responsabilité du master " Sciences de l'Univers ", mention " Astrophysique, Sciences de l'Espace et Planétologie " de cette université. Bénéficiant d'une formation musicale approfondie (Diplôme Pédagogique d'éducation musicale Willems), elle participe à des rencontres pluridisciplinaires alliant la science, l'art, la philosophie, la poésie. Elle a publié de nombreux articles dans des revues à destination de lecteurs " non-initiés ".
Passionnée par l'enseignement et le partage des connaissances, elle anime de nombreux cours et conférences de tous niveaux, souvent à destination d'un très large public.
Oeuvres scientifiques et publications
Pages web consacrées à Sylvie VAUCLAIR

De la naissance des éléments à la musique des sphères
Nos origines et notre destin sont intimement liés au cosmos. La Terre fait partie du ciel. Les éléments dont nous sommes constitués viennent en grande partie des étoiles alors que d'autres (les plus légers) ont été formés directement dans le Big Bang. Par ailleurs les étoiles vibrent, comme de gigantesques instruments de musique. Ces vibrations nous aident à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

 

 

Vincent COUTELIER

Vincent Coutellier, né en 1957, est Directeur de l'ASTRORAMA de Nice depuis 1998. Ce site est géré par l'association PARSEC qui a été fondée en 1986 par Jean-Louis Heudier, astronome à l'observatoire de Nice. Cette association a pour objet de développer, à travers des animations et les visites de l'observatoire de la Côte d'Azur, la vulgarisation scientifique plus particulièrement dans le domaine des sciences de l'Univers et de la Terre. Après avoir passé sa thèse de doctorat en Sciences de la Terre en 1985, thèse qui traitait des deltas et des chenaux marins, il a effectué un post-doc à Washington DC, au Museum d'Histoire Naturelle de la Smithsonian Institution où il s'est spécialisé dans l'étude des deltas du monde entier. Suite à ces travaux, il a publié des articles scientifiques traitant des chenaux martiens et de l'eau sur cette planète. Enseignant les sciences de la vie et de la Terre pendant quinze années, du collège à l'université, il a su garder cette pédagogie et donne, depuis quelques années de nombreuses conférences à un public très diversifié. En raison de sa formation, il s'est spécialisé dans les conférences et les animations scientifiques orientées vers la planète Terre (son origine, sa formation, son évolution, son devenir...) et également vers la planétologie c'est à dire l'étude géologique des planètes du système solaire.

L'extinction des dinosaures
Il y a 65 millions d'années disparaissaient les dinosaures ainsi que 75 % d'espèces vivantes. Sur quels arguments scientifiques les chercheurs s'appuient-ils pour expliquer ce mystère ? Quelles sont les différentes hypothèses actuellement avancées pour comprendre cette crise géologique ? L'une d'entre-elles, fortement retenue, explique cette disparition par la chute d'un astéroïde sur la Terre. Quelles sont les preuves de cette catastrophe cosmique ? Toutes ces questions seront abordées, grâce à de superbes images commentées, lors de cette conférence.

 

 

Alain DORESSOUNDIRAM

Alain Doressoundiram est astronome à l'Observatoire de Paris, spécialiste du Système Solaire, en particulier des objets transneptuniens. Il est aussi responsable d'un instrument de la sonde Bepi Colombo qui sera lancé en 2013 pour étudier la planète Mercure. C'est également un enseignant de Physique et d'Astronomie au niveau licence et Master. Alain Doressoundiram est particulièrement investi dans des tâches de vulgarisation et de diffusion de l'Astronomie auprès des IUFM et des établissements scolaires.
Liens

Les confins du Système Solaire
La découverte il y a 15 ans d'une riche population d'objets (déjà plus de 1000 à ce jour) au delà de l'orbite de Neptune a révolutionné notre compréhension de la structure du Système Solaire et de sa formation. De par leurs orbites et leurs propriétés physiques, ces nouveaux objets, qui constituent la ceinture de Kuiper, s'apparentent fortement à Pluton, ce qui a conduit à une révision du concept même de planète.

 

 

Vincent COUDÉ DU FORESTO

Vincent Coudé du Foresto, astronome à l'Observatoire de Paris, est un spécialiste de l'interférométrie stellaire (technique consistant à utiliser plusieurs télescopes simultanément pour en démultiplier la puissance). Il est à l'origine de l'instrument ayant permis la première utilisation simultanée des télescopes du VLT à l'observatoire européen austral (ESO) au Chili. Astronome amateur depuis son plus jeune âge, c'est aussi un passionné d'éclipses.

Y'a quelqu'un? A la recherche de la vie dans l'Univers
Sommes-nous seuls dans l'univers? Depuis peu, ce qui n'était qu'un sujet de spéculations devient une discipline scientifique a part entière: l'exobiologie. Et astronomes et biologistes commencent a entrevoir les moyens qui devront être mis en oeuvre pour résoudre cette question qui hante l'humanité depuis près de 3000 ans. La recherche de nos origines, et de la vie ailleurs dans l'univers promet d'être la grande aventure scientifique du 21ème siècle.

 

 

Karl-Ludwig KLEIN

Chercheur à l'Observatoire de Paris (Meudon), intéressé par l'activité solaire. Il utilise en particulier les observations du Radiohéliographe de Nançay et de divers satellites (SoHO et d'autres) pour comprendre la physique de la couronne, les processus qui créent ses instabilités et qui accélèrent des particules à de grandes vitesses.
Thèse en 1984 (Université de Bonn, Allemagne) sur l'émission radioélectrique de la couronne solaire.
Site Internet

Le Soleil et l'Héliosphère - une relation tumultueuse
Le Soleil, étoile proche et en apparence calme, nous révèle une autre facette de sa nature quand nous regardons la couronne : éruptions, éjections de masse - une panoplie de phénomènes explosifs qui font de l'étude de cet astre un domaine de choix pour comprendre des processus physiques dans les étoiles. Ces perturbations peuvent se propager dans l'espace interplanétaire - l'Héliosphère - et perturber par exemple des satellites artificiels en orbite autour de la Terre.
Des exemples d'activité solaire nous permettrons de comprendre quels peuvent être les processus physiques responsables de l'activité solaire.

 

 

Agnès ACKER

Agnès Acker est Professeur de l'Université de Strasbourg, Astrophysicienne à l'Observatoire de Strasbourg, spécialiste des étoiles et nébuleuses.
Responsable du DEA et de la formation doctorale à l'Observatoire astronomique de 1991 à 2003
Fondatrice et Directrice (1980-2002) du Planetarium
President-Fondateur de l'Association des Planetariums de Langue Francaise (APLF)

Histoires stellaires : La fin somptueuse des étoiles
Les nébuleuses planétaires (NP) marquent la fin de la vie des étoiles de masse inférieure à 8 masses solaires : une mort somptueuse et obscure, sondée par 200 astronomes de tous pays.
* Les NP sont de précieux traceurs de l'histoire des étoiles, et les splendides images et spectres obtenus renseignent sur l'histoire des éjections de gaz et poussières au stade de géante rouge, sur les turbulences des gaz liées peut-être à des vents stellaires fragmentés, sur la probable binarité de la plupart des noyaux, sur la masse des progéniteurs restant très mal connue ?
* Les NP oeuvrent comme traceurs de populations stellaires, car elles sont visibles à de très grandes distances et couvrent une vaste palette d'âges. C'est ainsi que la rotation du bulbe galactique et de sa barre a pu être précisée et modélisée, et qu'une cinquantaine d'autres galaxies pourront être mieux connues grâce aux plus de 6 000 NP découvertes au-delà de notre galaxie.

 

 

Thierry CONTINI

Thierry Contini est chargé de recherche CNRS au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse et Tarbes. Il étudie l'évolution des galaxies, depuis les premiers instants de l'Univers jusqu'à nos jours. Thierry participe également au développement d'instruments optique et infra-rouge pour les plus grands télescopes situés au Chili, aux îles Canaries et à Hawaii. Thierry Contini s'investit également beaucoup dans la diffusion des connaissances, en particuliers à travers l'association "Les étoiles brillent pour tous". C'est dans ce cadre qu'il donne régulièrement des conférences sur les galaxies et leur évolution, ainsi que sur la naissance, la vie et la mort des étoiles.

Le monde fascinant des galaxies
Depuis les travaux de l'astronome américain Edwin Hubble dans les années 1920, notre vision de l'Univers à grande échelle a radicalement changé. Nous savons maintenant que l'Univers est peuplé de milliard de galaxies comme la nôtre, la Voie Lactée, qui s'éloignent les unes des autres à des vitesses prodigieuses en raison de l'expansion globale de l'Univers. Ces véritables îlots de matière, constitués de milliard d'étoiles mélangées à du gaz et de la poussière, n'ont pas tous la même forme trahissant des origines et des processus d'évolution différents. Certaines sont âgées et très calmes, ne fabriquant que très peu d'étoiles à l'heure actuelle, alors que d'autres sont beaucoup plus agitées, renouvelant leurs populations stellaires à un rythme infernal. De nombreuses énigmes persistent encore dans le monde fascinant des galaxies. Un trou noir géant est-il présent au centre de toutes les galaxies? Comment les galaxies se transforment-elles au cours du temps? Autant de questions auxquelles les astrophysiciens tentent de répondre en observant les galaxies à différentes époques de l'Univers grâce aux plus grands télescopes sur Terre et dans l'espace.

 

 

Régis COURTIN

Régis Courtin est chargé de recherche au CNRS au Laboratoire d'Études Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique (LESIA) de l'Observatoire de Paris à Meudon. Régis étudie l'atmosphère des planètes géantes et de Titan du point de vue de leur évolution climatique et chimique. Il participe à l'analyse des résultats de l'expérience de spectrométrie infra-rouge (CIRS) à bord de la sonde Cassini et contribue aussi régulièrement à l'étude de ces atmosphères par des observations spectroscopiques sur les grands télescopes au sol (VLT) ou en orbite (HST).
Liens Internet

Atmosphères, atmosphères, comme c'est bizarre !
Depuis le début de l'ère spatiale, dont on célèbre le cinquantenaire cette année, de nombreuses sondes automatisées nous ont permis d'explorer les atmosphères des planètes et de certains satellites naturels du système solaire. De Vénus à Neptune, en passant par Titan, les planétologues ne cessent d'être étonnés de la diversité et de la complexité des phénomènes qu'ils ont pu ainsi observer. L'effet de serre intense de Vénus, les cyclones géants de Jupiter et de Saturne, les plumes volcaniques de Io, les pluies de méthane de Titan et les geysers d'Encelade sont autant de mécanismes spectaculaires qui nous aident à mieux comprendre la physique des atmosphères et nous rappellent que celle où nous vivons est un système fragile dont nous devons prendre soin.

 

 

Serge CHAUZY

Serge Chauzy est professeur à l'Université Paul Sabatier et chercheur au Laboratoire d'Aérologie (Observatoire Midi-Pyrénées). Son domaine d'étude concerne l'électricité des orages. Il a effectué de nombreuses campagnes de terrain aussi bien en France qu'en Afrique ou aux Etats-Unis, dans le but de caractériser les phénomènes liés à l'électrisation des nuages d'orage et à la production de la foudre. Il étudie également les relations de ces phénomènes avec les autres caractéristiques météorologiques de ces événements violents. Serge Chauzy s'investit également dans la diffusion des connaissances, en particuliers à travers l'association "Les étoiles brillent pour tous".
Laboratoire d'aérologie du CNRS
Observatoire Midi Pyrénées

De l'électricité dans l'air - Foudre et éclairs
Chaque système orageux fonctionne comme une énorme machine mécanique et électrique alimentée essentiellement par l'énergie solaire reçue par la Terre. Les plus violents de ces systèmes produisent de la grêle et parfois donnent naissance à des tornades et à des ouragans (ou cyclones). Les principaux mécanismes d'électrisation des nuages, maintenant à peu près connus, sont essentiellement la conséquence de chocs entre gouttes, gouttelettes et surtout particules glacées qui constituent les cellules orageuses. Ils aboutissent à la formation, dans les nuages, de zones d'accumulation de charge électrique de polarité opposée à l'origine des décharges atmosphériques. Eclairs intra-nuage et nuage-sol constituent l'essentiel de l'activité électrique des orages. Néanmoins, de nouveaux types de décharges ont été récemment découverts et commencent à livrer leurs secrets : les " Sprites " ou les " Jets " qui se produisent au-dessus des orages.

 

 

David AMILL / ANPCN

Passionné par la nature et par les sciences, photographe et astronome amateur, David Amill a décidé de faire découvrir et promouvoir aux côtés d'autres membres la préservation de l'environnement nocturne au travers de l'association ANPCN, Association Nationale de Protection du Ciel Nocturne.
David Amill est le correspondant gardois de l'association.
Il est aussi membre de l'astro-club Orion, sur Beauvoisin, (30640).

Ecologie de la nuit
Se pourrait-il qu'un jour, la nuit disparaisse ? Depuis 3,7 milliards d'années la vie terrestre est réglée par l'alternance du jour et de la nuit. En moins de 50 ans, ce cycle essentiel a été blessé par l'usage actuel de notre énergie lumineuse. Grâce aux études sur le sujet, nous pouvons dès aujourd'hui mesurer les conséquences de cette profonde modification, mais aussi proposer des solutions pour préserver le patrimoine de l'environnement nocturne.

 

 

François FORGET

François Forget est chargé de Recherche au CNRS à l'institut Pierre-Simon Laplace (Laboratoire de Météorologie Dynamique) à Paris. - Détaché à la NASA en Californie en 2004-2005. - " Interdisciplinary Scientist " en charge des sciences de l'atmosphère sur la sonde européenne Mars Express. - Développement de modèles numériques de simulation des climats sur Mars, Triton, Pluton, Vénus. - Etudes des climats passés et de la géologie sur Mars. - Etude du climat et de l' " habitabilité " des planètes extrasolaires : - Auteur du livre " La planète Mars, Histoire d'un autre Monde " Edition Belin 2006 (première édition en 2003). Traduit en néerlandais, anglais. Grand prix du festival du film et du livre scientifique d'Orsay, 2004. - Membre de groupes de travail à l'ESA, au CNES, à la NASA. - Médaille de Bronze du CNRS (2001). Prix Zeldovich Committee on Space Research (COSPAR) (2002).
Pages perso
- Podcasts ciel et espace :
La sonde Mars Express
Le rover martien Spirit
Le rover martien Opportunity
Le métier passionnant de chercheur

- Un site technique

La planète Mars : histoires d'un autre monde
Comme la Terre, Mars est un monde. Un monde complexe, immense, actif, et marqué par une longe histoire aux multiples rebondissements. Cette histoire nous est peu à peu dévoilée par les missions spatiales de la NASA et de l'ESA auxquelles il a eu la chance de participer. Il nous racontera quelques épisodes et péripéties de l'histoire de la planète Mars et de son exploration.

 

 

Guillaume CANNAT

Guillaume Cannat est avant tout un passionné du ciel et de ses spectacles diurnes et nocturnes. Il observe et fait observer les astres depuis trente ans sous tous les ciels de la planète, à l'occasion des grands phénomènes astronomiques (comètes, éclipses de Soleil, aurores boréales...). Fasciné par l'observation de la Lune et des planètes, des nébuleuses et des galaxies, il a construit plusieurs télescopes - de 210 à 760 mm de diamètre - pour parcourir la voûte céleste avec ses enfants et ses amis. Ancien rédacteur à la revue Ciel et Espace, il collabore à de nombreuses revues telles que Sciences et Avenir ou Espace Magazine. Guillaume Cannat est l'auteur du Guide du Ciel et du Ciel à l'oeil nu, ainsi que de nombreux livres pour enfants et de beaux livres sur les planètes du système solaire.
Site Web
Livres récents:
Le Guide du Ciel 2007-2008, amds
Le Ciel à l'oeil nu en 2007, Nathan
Jupiter et Saturne en direct, Eyrolles
Mars, comme si vous y étiez, Eyrolles

Le grand spectacle céleste
Pour notre plus grand plaisir, la mécanique céleste se charge de renouveler chaque année le programme des spectacles astronomiques observables. Conjonctions et rapprochements planéto-lunaires, occultations d'étoiles et de planètes, éclipses de Lune et de Soleil sont autant de rendez-vous que les observateurs peuvent prendre avec le ciel pour vivre leur passion au quotidien. Guillaume Cannat, créateur et auteur des ouvrages annuels de référence « Le Guide du Ciel » et « Le Ciel à l'oeil nu », vous invite à découvrir les plus beaux phénomènes des mois à venir par le biais d'anecdotes, de rappels historiques et de conseils pratiques d'observation, le tout assorti d'images astronomiques exceptionnelles.

 

 

Daniel ROUAN

Daniel Rouan est Directeur de recherche au CNRS. Il a la responsabilité du pôle "astronomie" au sein du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation pour l'astrophysique à l'Observatoire de Paris. Il est également membre de l'Académie des Sciences.
Oeuvres scientifiques et publications

La traque des planètes extrasolaires
La recherche de systèmes planétaires autres que celui que nous connaissons autour de notre Soleil, fait l'objet d'une quête de plus en plus intensive dans le monde entier. Au delà de la dimension philosophique qui interpelle chacun d'entre nous, ils intéressent particulièrement les astronomes, car leur étude doit nous permettre de comprendre ce qu'a été la naissance de notre propre système et ce que sera son futur. À moyen terme c'est même une réponse à la question de la fréquence de la vie dans l'Univers qui pourra être apportée. La traque, qui a commencé à donner ses premières prises il y a maintenant 12 ans, se fait grâce à toute une palette variée de méthodes et d'instruments, chacun ayant ses avantages et ses limites. Daniel Rouan donnera un panorama de ces méthodes et de leur palmarès actuel, ainsi que des perspectives qui s'ouvrent à l'échéance de ce premier quart du 21eme siècle.

 

 

Alain SUPERBIE

Ancien directeur à l'Association française d'astronomie et conseiller de la rédaction du journal Ciel & espace.
Journaliste scientifique, observateur et passionné du ciel, Alain Superbie organise des manif ions grand public dédiées à l'astronomie.
Il est l'un des auteurs en collaboration avec Hubert Reeves, des audiovisuels "Cosmologie" et "Mal de Terre".
Homme de communication, il a également produit de nombreuses émissions pour France-Inter et France-Culture avant de s'intéresser au multimédia. Il est l'auteur du CD-ROM "Balade à ciel ouvert".

Notre planète "La Terre".
La compréhension des grands chapitres de l'histoire de l'Univers, au cours du siècle dernier, a totalement renouvelé notre vision du monde. Toutefois, si la science a levé de nombreux voiles, les questions fondamentales ayant trait au sens de notre existence demeurent sans réponse. La science nous montre sans ambiguïté que l'être humain doit s'habituer à l'idée qu'il n'est pas l'aboutissement de l'Univers et donc, que celui-ci n'a pas été créé pour lui. La nature génère de la structure grâce à l'immensité de l'Univers et dans un laboratoire aussi vaste, tous les possibles sont tentés. Ce qui a fonctionné est ce qui existe. Mais ceci pour un temps seulement car l'évolution est le maître mot de l'histoire de l'Univers et des formes qu'il engendre au cours du temps. Plus troublant encore pour l'esprit, certaines branches de la science semblent montrer que le futur ne peut pas être écrit et qu'en ce sens, la nature n'a pas de projet. Dès lors, face à un constat aussi déroutant, comment l'être humain peut-il imaginer une représentation du monde dans laquelle il puisse insérer harmonieusement un sens à sa vie ? En allant à la découverte des creusets cosmiques qui ont permis aux astrophysiciens d'arriver à ces conclusions, Alain Superbie nous propose une réflexion constructive sur la "nouvelle place" de la Terre et de ses habitants dans l'Univers.

 

 

Serge SOULA

Serge Soula est physicien au Laboratoire d'Aérologie à l'Observatoire Midi-Pyrénées et enseignant à l'Université Paul Sabatier à Toulouse. Docteur en Physique de l'Atmosphère, ses travaux de recherche ont porté sur plusieurs aspects de l'électricité des orages. Il a notamment étudié l'environnement électrique sous les orages, les échanges de charge électrique entre le nuage d'orage et le sol, les relations entre l'activité d'éclairs et d'autres aspects de la physique du nuage d'orage comme la formation de la pluie ou de la grêle. Depuis quelques années, il s'intéresse aux phénomènes lumineux transitoires (sprites, jets, elves...) qui se produisent au-dessus des orages entre 40 et 90 km d'altitude et qui correspondent à des décharges électriques d'altitude. Il enseigne la météorologie générale et la physique générale dans diverses formations de l'Université ainsi que des cours d'électricité atmosphérique à l'Ecole Nationale de MétéoFrance et dans le cadre de formations spécifiques.

Vol de nuit au-dessus des orages : jets, sprites, elfes...
Les orages produisent des éclairs dont on peut admirer les trajectoires surprenantes et la luminosité. Ces éclairs prennent naissance au cour du nuage et dans certains cas atteignent le sol. Mais sait-on que des phénomènes lumineux, plus brefs, aux formes très variées, se produisent également au-dessus des orages ? Les scientifiques l'ont découvert et confirmé voici maintenant une quinzaine d'années. Ces phénomènes sont regroupés sous le nom de "TLEs" (du nom anglais de "phénomènes lumineux transitoires") et sont observés entre le sommet du nuage d'orage (de 10 à 15km le plus souvent) et la base de l'ionosphère à environ 90 km. Ils sont également spectaculaires mais pas facilement observables à l'oil nu depuis le sol pour plusieurs raisons : ils sont masqués par le nuage, ils sont brefs. Mais avec une caméra très sensible et en prenant du recul on peut les voir dans toute leur étrangeté. Il y a les jets qui démarrent du nuage et forment un canal lumineux ascendant, les sprites aux formes si diverses ("carottes", "colonnes", "sprites dansant", "anges".) qui se situent entre 40 et 90 km d'altitude, les elves qui sont de grands cercles lumineux à la base de l'ionosphère. La compréhension de ces phénomènes et de leur déclenchement fait appel à la physique et notamment à la présence de charges électriques au sein du nuage d'orage.

 

 

Christian MAGNAN

Formé au contact des grands pionniers de l'astrophysique française, Christian Magnan exerce sa recherche dans un laboratoire CNRS de l'Université de Montpellier. Il occupe une place singulière parmi les professionnels du ciel en dénonçant les dérives des cosmologies modernes qui, perdus selon lui dans leur spéculation théorique, en viennent à oublier la réalité du monde des choses. Il tente de convaincre par exemple la communauté scientifique que les concepts de matière noire et d'univers infini n'ont aucune pertinence physique. En répondant sur son site web à de passionnantes " questions de cosmologie " il poursuit un effort pédagogique de premier ordre en direction du grand public.
Lien du site de Christian MAGNAN

Où s'arrête notre Univers?
Einstein a apporté une réponse physiquement cohérente à la question des limites de l'Univers : pourquoi l'avons-nous oubliée depuis ?

 

 

André BRAHIC

André BRAHIC est astrophysicien au CEA, professeur à l'Université de Paris VII et directeur du laboratoire Gamma-gravitation rattaché à l'UFR de Physique.
Il a travaillé notamment avec Évry SCHATZMAN et Michel HÉNON, en particulier sur les supernovae, le chaos, la dynamique des galaxies, les anneaux des planètes et la formation du Système solaire dont il est l'un des plus grands experts mondiaux à l'heure actuelle. C'est aussi un spécialiste de l'exploration du Système solaire par les sondes spatiales dont il a suivi toute l'histoire depuis de nombreuses années.
Il s'est notamment intéressé aux anneaux des planètes géantes et élabora l'un des principaux modèles concernant les anneaux de Saturne.
En 1984, il découvrit, en compagnie notamment de Bruno SICARDY et de William HUBBARD, les anneaux et les arcs de Neptune, cinq ans avant leur confirmation photographique par la sonde VOYAGER.

Conférence non communiquée à ce jour
En raison d'un planning particulièrement surchargé, Monsieur André Brahic n'est pas en mesure d'assurer la conférence initialement envisagée. Il vous assure toutefois de son désir de participer l'été 2008, si nous devions renouveler notre festival. Nous nous excusons avec lui du désagrément occasionné. Mais ce n'est que partie remise !

 

 


Page d'accueil


ASTRO-GARD
06.71.18.14.09